Jean-Pierre Sougy, réalisateur


Le cinéaste

Le réalisateur mène depuis des années un travail concentré sur les pratiques artistiques, dans le cinéma et la télévision. Il est notamment à l’initiative du festival Les Inattendus, le « festival de films (très) indépendants » à Lyon, bien qu’il ait maintenant passé le relais.

Il s’inspire du cinéma de Jean Rouch ( « cinéma direct » ) et affirme les liens entre documentaire et fiction. Ses créations montrent le processus de travail et le cinéaste aspire à travailler avec un public amateur, le public non professionnel pouvant apporter de la « fraîcheur », un « grain de réel », n’ayant pas les « codes » des acteurs professionnels.

Parmi son univers et ses symboles appréciés, la bicyclette (tout le monde peut réparer sa bicyclette, tout le monde l’utilise), l’itinérance et la thématique de la cabane sont récurrents.

Il promeut une idée d’ouverture sur le monde, en posant les questions de comment, où et avec qui l’on vit. Avec la volonté de raconter, même dans un esprit documentaire, l’image de soi transparaît en écho avec une histoire, une fiction.

Dans le sillon des nombreux films d’ateliers ou « films participatifs » (en milieu carcéral, auprès de jeunes, de public en insertion ou encore de malvoyants) qu’il a mené, le cinéaste vient réaliser  un film participatif associant des habitants du territoire. Technique de l’incrustation, illusions dans le style de Méliès et travail sur l’itinérance seront au rendez-vous.

Jean Pierre Sougy travaille en partenariat avec la maison de production Les Films de l’An présent.

Pour avoir un aperçu de son travail, consultez le site Internet de Jean-Pierre Sougy.

filmanpresent


Son projet de résidence

Le projet de création artistique de Jean-Pierre Sougy est le projet de réalisation d’un film avec des habitants du territoire.

« L’objectif est le suivant: tenter un détournement du regard. Parvenir à considérer l’image et la réalité qu’elle reflète autrement que par le truchement quotidien du petit écran. C’est un travail expérimental. A chaque reprise, il s’agit de mettre en place des éléments, des situations, dont on ne sait par avance ni la validité, ni le résultat auquel on parviendra. C’est aussi un travail collectif. Chacun doit y apporter et en retirer quelque chose. Le mode de fonctionnement n’est pas celui de l’effacement des uns au profit des autres mais de l’échange et de la conjugaison des désirs et d’idées. »

Jean-Pierre Sougy

Laissez un commentaire