Bernard Capo – Les fantômes de Chazelles


Laissez moi vous mettre l’eau à la bouche avec le projet de résidence de Bernard Capo, une bande dessinée intitulée « Les fantômes de Chazelles ». Les textes et dessins sont de Bernard Capo (cliquez sur les dessins pour les agrandir). Bonne découverte!Personnage Chapeau

 

Ma chasse aux fantômes

 

C’est vers 1850 que Gabriel Fléchet quitta son village natal de Larajasse pour venir chercher du travail à Chazelles […] Dix ans plus tard il créait sa propre entreprise, qu’il transmit en 1985 à ses hoirs Pierre, Louis et Benoît. Fermée en 1976, l’usine faillit connaître le même sort funeste que ses consœurs, si l’idée n’avait été lancée d’y implanter un lieu culturel.

La Chapellerie, Chazelles-sur-LyonLa Chapellerie, Chazelles-sur-Lyon

 

Devanture de l'ancienne usine Fléchet, Chazelles-sur-Lyon

Devanture de l’ancienne usine Fléchet, Chazelles-sur-Lyon

C’est ainsi que survécut la magnifique cheminée, point de mire le plus représentatif de la ville. On y distingue encore, entre les frises de briques, le monogramme LF, apposé là peut-être en mémoire de Louis, décédé deux ans après les travaux.

 

Cheminée de l'ancienne Usine Fléchet, Chazelles-sur-Lyon

Cheminée de l’ancienne Usine Fléchet, Chazelles-sur-Lyon

 

J’ai remarqué la cheminée étêtée de l’ancienne usine France, rue Besson, et celle de l’usine Blanchard, rue de Saint-Galmier

Ancienne usine Blanchard, Chazelles-sur-Lyon

Ancienne usine Blanchard, Chazelles-sur-Lyon

Les dits « Gaga »

 

Dans la région on dit aussi « pas rien » pour « très » et « beaucoup », exemple : « t’es pas rien beau » ; ou « affreux » pour incroyable : «  c’est affreux c’que t’es beau » ; « un brave peu » pour « une grande quantité, « à cha peu » pour « petit à petit ». Fouilla ! Et tout ça s’appelle le GAGA, le parler de Saint-Étienne.

 

Le pâté de la batteuse

Un pâté ici n’est pas une charcuterie mais un dessert, un gros chausson aux pommes qu’on mangeait lors des vogues ou des fêtes agricoles telles que vendanges ou moissons, d’où son appellation de pâté de la batteuse.

 

Comment Chazelles a tué Le Petit Prince !

Début 1943, à 5 ou 6 km au sud de Chazelles, les Allemands installèrent une des plus importantes stations de radars du sud de la France, capable de surveiller toutes les Alpes jusqu’au nord de l’Italie, la vallée du Rhône, ainsi que la Provence, où ils craignaient un débarquement possible.

 

Acienne base des radars allemands à La Quinardière

Ancienne base des radars allemands à La Quinardière

 

 

Ce matin d’été-là, le 31 juillet 1944, à 8h25, à bord de son bimoteur F-58-1-LO, version modifié du Lokheed P-38 Lightning, le commandant « Saint-Ex «  décolla de Borgo, près de Bastia en Corse, pour une mission de cartographie au-dessus des Alpes, afin de préparer le futur débarquement en Provence (il aura lieu 15 jours plus tard, le 15 août). Détecté rapidement par les radars de Chazelles, il fut sans doute intercepté par l’aviation allemande et abattu en vol

Antoine de Saint-Exupéry

Antoine de Saint-Exupéry

 

Le cimetière

 

L’imposant mémorial « à nos morts regrettés » des guerres passées, gravé de plus de 280 noms, dû au sculpteur Rossetil, est gardé par une belle statue de femme au sourire mélancolique signée Cochet.

Une statue au cimetière de Chazelles-sur-Lyon

Statue de femme sculptée par Cochet au cimetière de Chazelles-sur-Lyon

 

Des fantômes chevaleresques et hospitaliers

Une surprise de taille m’attendait lors de mes déambulations chazelloises. Derrière l’Office de Tourisme, je tombe sur une ruelle piétonne sans grand attrait, si ce n’est celui de sa plaque : Rue des Chevaliers de Malte ! Palsambleu ! […] Mu par ma sempiternelle curiosité, je me renseignai sur le pourquoi de cette plaque, et j’appris donc que Chazelles fut pendant 600 ans une des plus importantes commanderies hospitalières de France !

La Rue des Chevaliers de Malte à Chazelles-sur-Lyon

La Rue des Chevaliers de Malte à Chazelles-sur-Lyon

 

L’église

S’étirant paresseusement sur la place Galland, l’église Notre Dame de l’Assomption a longtemps subi la concurrence des hautes cheminées des chapelleries. […] Son clocher essaie bien de se hausser du col avec sa grosse tour carrée faisant penser à un donjon médiéval […] mais depuis quelques décennies, suite à l’éradication des usines, il a pris sa revanche puisqu’il est redevenu le point culminant de la ville au même titre que la cheminée Fléchet.

 

L'église et le porches, Chazelles-sur-Lyon

L’église et le porches, Chazelles-sur-Lyon

 

La maison des tilleuls

 

Jules Ferrier qui vient d’entamer son deuxième mandat […] fit appel à l’horticulteur local Mathieu Berne. […] Il ajouta un grand nombre de tilleuls le long du boulevard, lequel fut rebaptisé prit prosaïquement rue des Tilleuls. C’est cette même année que fut inaugurée l’école des filles, bel exemple d’Architecture Art Nouveau, devenue la maison des associations « les Tilleuls », comme il se doit.

Maison des Tilleuls, Chazelles-sur-Lyon

Maison des Tilleuls, Chazelles-sur-Lyon

Art tout beau tout nouveau

Au 18 rue de la République (ancien boulevard du Nord), se dresse le plus bel exemple d’Art Nouveau de la ville, daté de 1905.les balustrades en ferronnerie des fenêtres sont d’une très belle factureOn peut lire près de la porte le nom de son architecte : P. Noulin-Lespès.

Maison Paul Noulin-Lespès, Chazelles-sur-Lyon

Maison Paul Noulin-Lespès, Chazelles-sur-Lyon

 

A SUIVRE…

Laissez un commentaire